Accueil


Le président du CMA, Belkacem Lounes, rencontre le président libyien, Maamar Kadhafi



Invités officiellement par les plus hautes autorités libyennes, Belkacem Lounes, Président du CMA et Cheikna Hamate vice-président chargé de la région " pays Touareg-Libye ", ont séjourné à Tripoli du 4 au 7 novembre 2005. Le principal objet de cette visite était la rencontre entre le Président du CMA et Maamar Kadhafi, leader de la Jamahirya libyenne. Cette rencontre a eu lieu le 5 novembre 2005, dans la résidence du chef de l’Etat libyen à Tripoli.

Maamar Kadhafi a accueilli le président du CMA à l’entrée de la tente où s’est déroulé l’entretien, avec un grand sourire et beaucoup de chaleur dans l’accolade qu’ils ont échangée. Le leader libyen a dit qu’il était heureux de recevoir Belkacem Lounes, président du CMA et lui a dit : " bienvenue dans ton pays ". Ce à quoi le président du CMA a répondu en disant qu’il était heureux d’être en Libye, pour la première fois et il a remercié le chef de l’Etat libyen de l’avoir invité. Ensuite, il lui a remis un tableau représentant l’alphabet Tifinagh, ce qui a ravi M. Kadhafi qui a affirmé que pour lui, c’est un cadeau d’une valeur inestimable, qu’il en prendrait le plus grand soin et qu’il le mettrait en très bonne place dans son musée personnel où sont exposés les objets qu’il a déjà reçus des chefs d’Etats du monde. Il a affirmé qu’un ami Touareg l’avait initié à cette écriture amazighe dans les années 1960 et que Tifinagh faisait partie de son identité et qu’il fallait absolument préserver ce patrimoine. Ensuite, il a invité ses hôtes à prendre, comme cela est de tradition, un verre de lait de chamelle.

Les discussions ont alors commencé par des questions adressées par le leader libyen au président du CMA, portant sur la nature du CMA comme organisation amazighe et ses objectifs. Il a justifié ses questions par le fait qu’il a lu ou entendu beaucoup de choses négatives sur le CMA et sur le mouvement amazigh en général. Belkacem Lounes a alors développé sa réponse en rappelant que la Libye est un berceau de l’amazighité, que les Amazighs sont les véritables patriotes, toujours premiers au front pour assurer la défense de leur pays mais toujours, rejetés, marginalisés une fois l’objectif atteint. Le président du CMA a ensuite fait brièvement état des violations des droits des Amazighs et des violences qu’ils subissent dans tous les pays où ils vivent, à commencer par la Libye. Parlant du CMA, il a expliqué que cette organisation a été créée par la volonté des Amazighs de se prendre en charge et de se défendre par eux-mêmes, notamment en mobilisant les solidarités et les instruments du droit international. " Les Amazighs n’ont aucun discours de haine, ils rejettent la violence et ils prônent la tolérance, l’amitié et la paix dans le respect mutuel " a précisé M. Lounes qui a par ailleurs fait remarquer que ce ne sont pas les Amazighs qui tuent leurs frères, comme par exemple en Algérie, mais ce sont eux qui meurent de manière injuste et insensée. Enchaînant sur ce point, le président du CMA a noté que ce qui est source de révoltes et de conflits, ce n’est point la diversité linguistique et culturelle mais bien refus de celle-ci. " Il est urgent de mettre fin à l’exclusion de l’identité amazighe et de restaurer les droits des Amazighs, pour pouvoir s’atteler à la construction de l’unité et de la paix dans cette région " a dit Belkacem Lounes. Il a ajouté que " Tamazight sera le ciment de l’union des peuples de l’Afrique du Nord et le CMA réclame l’abolition des frontières dans cette région. Il est aberrant que des frontières restent fermées chez nous alors que des pays aussi différents que le Portugal et l’Estonie soient unis au sein de l’UE ". Il a également fait observer que les Amazighs sont un peuple tolérant et n’ont jamais refusé le dialogue, à condition cependant qu’il soit accompagné de volonté et de sincérité. Le président du CMA a fait remarquer que c’est la première fois que le CMA est invité par un chef d’Etat nord-africain et il a salué le courage de M. Kadhafi d’avoir pris l’initiative de cette rencontre historique qui est un grand pas dans le sens d’une meilleure compréhension mutuelle et de l’entente entre les peuples de la région.

M. Kadhafi a assuré avoir bien entendu tout cela et s’est félicité d’apprendre et de comprendre que ni les Amazighs ni le CMA ne sont des facteurs de discorde dans les pays d’Afrique du Nord. Il s’est dit favorable aux droits des Amazighs car il a toujours défendu la liberté des personnes et des peuples et il est disposé à faire en sorte que les droits culturels et linguistiques des Amazighs de Libye soient reconnus et respectés. Il a affirmé qu’en tant que libyen, il était africain et que désormais c’était dans ce cadre géographique et seulement dans celui-là qu’il entendait inscrire l’avenir de son pays. Il a affirmé que les Amazighs de Libye peuvent jouir pleinement de leurs libertés et que la langue amazighe, langue de la Libye, sera reconnue et enseignée. Un décret a déjà été publié dans ce sens pour le parler Tamacheq, et un autre devrait suivre concernant l’amazigh des régions de Nefoussa et de Zwara. M. Kadhafi a souhaité que le dialogue puisse se poursuivre et qu’une coopération active puisse être instaurée afin de réaliser des projets concrets.

Le Président du CMA a dit sa satisfaction concernant ces prises de position très positives. Au sujet de l’africanité il a rappelé que les Amazighs se définissent depuis toujours par leur appartenance à l’espace géographique Méditerranéen et Africain et que par conséquent ils ne peuvent que soutenir l’orientation africaine de la Libye. Il a ensuite présenté les grandes lignes des propositions du CMA afin de concrétiser les orientations politiques en faveur de la promotion de l’amazighité en Libye. M. Kadhafi a accepté toutes les propositions émises par le CMA et a affirmé être satisfait de la rencontre et que la mauvaise image qu’il avait du CMA et du mouvement amazigh en général avait changé de manière positive. Il a souhaité que le contact soit maintenu en permanence au plus haut niveau et a nommé un diplomate Touareg qui assurera la mission de coordination de cette question. La prochaine étape est donc de réaliser un diagnostic concernant la situation de l’amazighité en Libye, chose qui sera faite au cours du mois de décembre prochain par une équipe du CMA. Un programme de travail détaillé sera ensuite proposé aux autorités libyennes.

Notons que la rencontre qui a duré près de deux heures, s’est déroulée dans un climat très détendu, la discussion a été franche et sans langue de bois, ce qui a grandement facilité la large convergence de vues sur les questions abordées et l’instauration de la confiance.

Tripoli, 7/11/2005 P/Le Bureau Le secrétariat du CMA.

 
sommaire Haut de page Plan du site Agenda Liens La newsletter Contact Admin
Mohend 2004 | © CBF.fr | Template Spip sous licence GPL | d 'après le squelette GPL Gab-design © (03)